Le journalisme est-il soluble dans l’ère numérique?

Le journalisme est-il soluble dans l'ère numérique?

Une large question et un début de réponse dans mon article publié sur le site de la revue Implications Philosophiques. Ce texte s’inscrit dans le cadre d’un dossier intitulé “De la culture papier à la culture numérique”.

Cet article a pour vocation de susciter le débat sur les mutations du métier provoquées par l’émergence de l’ère numérique et d’évaluer son impact sur les pratiques journalistiques.

Il s’agit également de la réflexion d’un journaliste et webmaster éditorial qui, chaque jour, tente d’inoculer le virus du web à une rédaction qui fait corps avec le “papier”. Donner aux journalistes les moyens techniques d’un storytelling inventif, ambitieux et exigeant fait partie de mes priorités.

Dans le mainstream de l’info, la plus-value journalistique a plus que jamais sa place, c’est ma conviction. Il reste à trouver le bon canal et la forme la plus adaptée aux conditions de production de l’information et aux exigences de l’audience.

Implications Philosophiques

Il s’agit une revue électronique de philosophie à comité de lecture. Depuis son lancement, la revue a progressivement rassemblé autour de son projet éditorial un réseau inter-universitaire et interdisciplinaire de  plus  de 100 auteurs (Paris I, Paris IV, Paris VIII, ENS, EHESS…), et un comité scientifique de chercheurs reconnus.

Cette revue a le mérite d’ouvrir les champs philosophiques aux enjeux contemporains et parfois aux non-universitaires comme moi. Un grand merci à la rédaction d’Implications Philosophiques qui a le courage de prendre des risques pour stimuler la pensée et le débat.

Le journalisme est-il soluble dans l’ère numérique? Lire l’article

Voici un aperçu du plan:

I/ La double mutation : économique et technologique

  • Crise de légitimité
  • La modification profonde des usages

II/ Digital natives et journalistes-citoyens, la double figure de la défiance 

  • La concurrence du journalisme-citoyen
  • Le journalisme-citoyen, une fausse révolution ?

III / L’homme-média ou la nouvelle figure du journalisme à l’ère numérique

  • Crispations et résistances
    • L’hyperspécialisation des contenus
    • La transparence et la conversation
    • Une dépendance grandissante aux entreprises du web
    • La notion d’identité numérique et la traçabilité des individus
  • La renaissance du journalisme à tarvers la figure de l’homme-media.

POUR LIRE L’ARTICLE: CLIQUEZ ICI.

A lire aussi :

 

Nicolas Becquet

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *