La presse souffre de “problèmes de riches”

Ignore this sign

“La presse souffre de “problèmes de riches”: trop de moyens, trop d’expérience & trop d’énergie mal canalisée.”

N’ayant pas renoncé à comprendre pourquoi la presse peine tant à prendre le virage du numérique, je cherche toujours des réponses. Nourri des rencontres et des discussions avec les confrères de tous les horizons, sans préjugé de support, de titre ou de grandeur de rédaction, j’ai identifié 5 paradoxes à surmonter pour assumer une véritable transition numérique.

Le point de départ de mon texte, rédigé pour la Revue Européenne des Médias et du Numérique, réside dans le constat suivant: la presse possède des atouts incomparables mais elle les utilise mal, ou pas du tout. Ces atouts existent, il y a donc des raisons d’espérer et de croire à un sursaut. Mais avant, il faut résoudre les contradictions suivantes :

1. Des problèmes de riches

2. La publicité : paradoxe d’un grand malentendu

3. Le lecteur cherche des « aspérités » éditoriales

4. Le rendez-vous manqué de l’interactivité

5. Formation : entre bonne conscience et saupoudrage

 

 LIRE LE TEXTE : Les 5 paradoxes d’une presse qui se meurt.

 

logique-presseOnction-Pressesatellite-pressePresse et problèmes de riches

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *