2014, l’an 1 des éditeurs français sur le web? [VIDEO]

start-presse

Mise à jour – 28/04/2015 : Aux côtés de huit éditeurs européens, Google lance ce mardi 28 avril un fonds doté de 150 millions d’euros sur trois ans pour «soutenir le journalisme de qualité» par «la technologie et l’innovation». Baptisé Digital News initiative (DNI ou Initiative pour le journalisme numérique), ce nouveau dispositif remplacera début 2016 le fonds pour l’innovation numérique de la presse (FINP), né en France début 2013.

C’était donc ça! Les éditeurs français attendaient leur shoot de subvention pour passer à l’action en ligne ! L’enveloppe du Fonds pour l’Innovation Numérique de la Presse Google-AIPG les a visiblement rassurés. Dans la foulée, les projets innovants ont obtenu un feu vert en 2014 : stratégie hyperlocale, équipe data, prise en compte des nouveaux usages numériques… Un mouvement est en marche, c’est incontestable. Est-ce suffisamment radical pour faire face à l’urgence? Pas sûr, mais il y a des raisons d’y croire (Les 5 paradoxes d’une presse qui se meurt).

Le 24 mars dernier se tenait la conférence Médias de demain, à l’initiative du Fonds pour l’Innovation Numérique de la Presse Google et WAN-IFRA. Dans les locaux de Numa, à Paris24 éditeurs français sont venus présenter leur projet financé à 60% par le FINP.

Bilan de la saison 2 avec Ludovic Blecher, le directeur général du FINP.

« Etre en rupture avec son propre modèle, voilà une forme d’innovation, même si on a 5 ans de retard par rapport aux éditeurs les plus avancés ou 10 ans avec les éditeurs américains. »

Les projets

De la monétisation des contenus aux applications mobiles, en passant par les thématiques de niche ou la data, les titres de presse ont décidé de prendre en compte l’audience dans sa dimension économique mais aussi éditoriale et stratégique.



Le Fonds en Bref
Le Fonds Google a pour vocation « d’apporter un soutien financier aux projets innovants de développement numérique portés par les éditeurs de sites d’information politique et générale. Ainsi que de favoriser le développement sur le long terme de la presse en ligne d’information politique et générale en France ».

Le FINP dispose d’une capacité de 20 M€ par an, pendant 3 ans. Il peut soutenir les projets des éditeurs à hauteur maximale de 60 % des dépenses éligibles engagées par les éditeurs, dans la limite de 2 M€ par projet.

Le Fonds en chiffres
En 2014, 44 dossiers déposés, 30 approuvés (23 en 2013) dont 13 projets de pure players ou de nouveaux acteurs. 16,1 millions d’euros alloués.

A voir ou à lire :

Nicolas Becquet

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *