Au fait, pour vous, c’est quoi le journalisme?

JournalismeJe sais… c’est une question bateau, il y a des livres et des vies entières consacrés au sujet. Mais à l’heure où chacun ressent dans son quotidien les mutations du métier, cette question est plus que jamais brûlante. La polémique autour du Manifeste de XXI en atteste, le journalisme fait face à une crise d’identité et une remise en cause de son rôle.

Compte tenu de l’extrême diversité des pratiques et des métiers du journalisme, quelle est votre conviction personnelle, ce pour quoi vous vous dites que ce n’est pas un boulot comme les autres, qu’il ne mérite pas de disparaître ?

Qui se lance en premier ?

Toi, cher internaute-lecteur, qui n’a pas dû atterrir sur ce blog par hasard. Tu es journaliste, blogueur, lecteur, citoyen… et tu as ta petite idée? S’il te plaît, n’hésite pas !

Allez, pour montrer l’exemple, je me lance avec quelques-unes de mes lignes directrices:

  • Penser contre soi-même et savoir s’étonner de faits ou de réalités communément admises.
  • Lutter contre l’autocensure.
  • Interroger et ne pas systématiquement chercher une confirmation ou une illustration de telle ou telle affirmation.
  • S’extraire régulièrement du cadre, du rythme et du temps médiatique.

Convaincant, absurde, réducteur, intéressant ? Les commentaires sont ouverts !

 Nicolas Becquet

 Lire aussi: 10 conseils à un jeune journaliste web

Extrait:

1 – Le terrain, le terrain, le terrain

Il s’agit d’une des bases du métier de journaliste: avoir tous ses sens en éveil et savoir trouver la bonne info quel que soit le terrain. L’information est partout. La meilleure preuve vient des faits divers qui font bien souvent émerger des pans entiers de réalités inconnues, des informations-iceberg qui ne demandaient qu’à être explorées, analysées et racontées. L’extraordinaire, c’est le quotidien. Alors, ouvre tes oreilles, inspire-toi de ce qui se passe autour de toi, tout en essayant de ne pas te cloisonner, de ne pas te laisser enfermer dans l’engrenage de la routine. Il faut également prendre garde à ne pas se faire piéger par son héritage socioculturel ou bien même aveugler par les a priori. Il faut au contraire s’en servir et utiliser les préjugés pour les confronter à la réalité des faits.

2 – Expérimente 

Il n’est évidemment pas nécessaire de savoir dès le début quel type de journalisme on souhaite pratiquer. Alors multiplie les expériences, fait des stages dans différents médias, propose tes services à des publications étudiantes ou associatives pour te faire la main et découvrir les bases du métier. Par ailleurs, il n’a jamais été aussi facile de créer un blog ou d’avoir accès à des outils d’éditions et de diffusions ultraperformants. Lance-toi, tente, rate, bidouille et retente. Tout ce que tu fais pourra te servir directement (CV, entretien, réseau…) ou indirectement grâce à l’acquisition d’un précieux savoir-faire. First Learn The Rules, Then Break Them …

3 – Deviens ton propre média

… La suite sur le blog de Damien van Achter: 10 conseils à un jeune journaliste web.

5 commentaires

  1. Un élément de réflexion intéressant tiré du manuel d’investigation de Mark Lee Hunter (Unesco). Il est un peu dur avec les journalistes de « news » mais sa distinction ne manque pas de sel, je trouve :

    « Le reportage est conçu comme un miroir du monde, qui est accepté tel quel. Le reporter ne vise pas de résultat au-delà d’informer son public.

    « Le journaliste (d’investigation, j’ajoute) refuse d’accepter le monde tel quel. L’histoire vise à pénétrer ou exposer une situation donnée pour la réformer, la dénoncer, ou promouvoir l’exemple d’une meilleure solution. »

  2. Un bon journaliste ? Il y a tellement de journalistes différents. Pour ma part, un bon journaliste doit avoir des qualités essentielles:
    – Donner de vraies infos (pas seulement tourner en boucle avec des hypothèses sur des théories potentielles comme c’est le cas sur les chaînes infos).
    – Etre juste (ne pas faire 2 jours d’infos sur les 3 morts de Boston quand 45 se font exploser en Irak et que personne n’en parle alors qu’il y a là-bas des journalistes de guerre).
    – Savoir écrire (ça semble évident mais ça ne l’est pas pour tout le monde).
    – Cesser de penser qu’il est le roi du monde parce qu’il est journaliste et/ou assumer son métier et ne pas faire payer aux gens ses frustrations personnelles et professionnelles (c’est aussi souvent le cas).

    En résumé, le journalisme, pour ma part c’est donner à apprendre: de l’info, de la langue française, de la réthorique …

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *