Le journaliste web et l’allégorie de la caverne

Le journaliste web et l'allégorie de la caverne

Photo: Nicolas Becquet

Voici un extrait d’un post écrit pour L’Observatoire des Médias à l’invitation de Gilles Bruno.

Et si Internet avait remis au goût du jour l’allégorie de la caverne de Platon ? Et si les journalistes web étaient les nouveaux prisonniers d’une grotte numérique aux murs tapissés de contenus multimédia?

« L’allégorie de la caverne met en scène des hommes enchaînés et immobilisés dans une demeure souterraine qui tournent le dos à l’entrée et ne voient que leurs ombres et celles projetées d’objets au loin derrière eux. Elle expose, en termes imagés, la capacité des hommes à accéder à la connaissance de la réalité, ainsi que la non moins difficile transmission de cette connaissance », nous explique l’article Wikipédia.

Caricatural, le fait d’appliquer cette définition au journalisme web ? Peut-être, sans doute même tant la diversité des pratiques est grande sur la toile. Pourtant lorsque l’on regarde l’explosion du volume d’informations déversée sur le web et qu’on la compare aux moyens investis pour la collecter et la traiter, on peut nourrir de sérieux doutes sur sa fiabilité et donc sur sa qualité.

Dans le même temps, les ombres digitales sont plus que jamais vivantes et enivrantes au point de constituer à elles-seules un monde virtuel cohérent. Tout se passe donc comme si, petit à petit, une réalité était remplacée par une autre, plus riche, plus rapide, plus claire et plus adaptée à l’époque mais charriant son lot d’ivresses et d’illusions. Le fossé se creuse et le métier de journaliste change. Désormais, on commente le monde depuis la toile, à distance et à travers les images que l’on reçoit du terrain.

Le journaliste web…

Lire la suite sur L’Observatoire des Médias de Gilles Bruno.

 

Photo: Nicolas Becquet, Certains droits réservés (licence Creative Commons)

Auteur: Nicolas Becquet

 

1 commentaire

  1. Lecteraofbt 22, 2011 au 8:55 Ce que n’a peut- tre pas dit Philippe Couve c’est que les journalistes web malgr leurs mulpitles comp tences, ditoriales et techniques, restent nettement moins pay s que les journalistes des supports papier.Le journaliste homme-orchestre sur le web tient d’abord d’une volont des directions de sous-payer leurs employ s et, bien entendu, de la jeunesse du m dia qui il y a une douzaine d’ann es pour exister avait besoin de personnes capable de ‘bricoler’.Aujourd’hui les salaires inf rieurs des employ s du web pas des directeurs du web sont-ils justifi s alors que tous les patrons de presse s’accordent miser massivement sur le Net pour ‘sauver’ la presse ?

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *