The Pixel Hunt – Le newsgame cornichon chocolat

The Pixel Hunt logo

SERIE : Peu nombreuses et souvent petites, les agences web spécialisées dans l’info sont rares et discrètes. Composées de bidouilleurs de talents, d’amoureux des données et du storytelling, leur travail enrichit l’info.
– Les quatre agences choisies ont en commun d’être jeunes, dynamiques et surtout de faire un pari, celui du journalisme de qualité. Avec des propositions fortes, parfois militantes, elles participent aux renouvellements des pratiques grâce à la mise en scène de l’info.
– De la plus grande Ask Media à la plus petite The Pixel Hunt, en passant par Wedodata et Journalism++, voici une série de quatre entretiens pour découvrir les coulisses de ces fabriques artisanales de l’info.

Florent-Maurin

Lors de ma première rencontre avec Florent Maurin, taulier de The Pixel Hunt et spécialiste des newsgames (définition à suivre), je l’avais interrogé sur l’esprit de bidouille qui l’anime. Voici sa réponse qui résume merveilleusement l’état d’esprit de ce journaliste créatif à l’enthousiasme contagieux :

 

« Bidouiller, c’est associer des concepts qui ne vont pas forcément ensemble, comme des tartines au chocolat et aux cornichons. Et quand on fait ces associations-là, parfois, il y a des choses intéressantes qui en sortent. »

Depuis notre rencontre, Florent Maurin a remporté le prix Google-Sciences Po « Start-Up de l’info » qui lui a permis de créer son studio de production avec l’objectif de mettre sur pieds des applications visant à transmettre des informations sous forme de jeux: des newsgames.

thepixelhunt-haitiUne année 2014 florissante avec son lot de récompenses : un prix décerné par l’Online News Association pour Reconstruire Haiti, un article/newsgame imaginé et réalisé par Jean Abbiateci, Pierre Morel et Perceval Barrier. Et un autre prix pour Jeu d’influences, lauréat du prix des médiathèques et de la rédaction de Courrier International

 

« Jeu d’influences est un triptyque transmédia qui s’intéresse aux spin doctors, les conseillers en communication de crise. Imaginé par Luc Hermann et produit par Premières Lignes télévision, cet ensemble rassemble deux documentaires télé diffusés sur France 5, un livre et un jeu vidéo. Ce dernier a été écrit et réalisé par Julien Goetz, et The Pixel Hunt en a assuré le game design. »

 

The Pixel Hunt en bref

  • 1 personne :  journaliste, formateur, concepteur de .
    Création : 2014
    Activité : « Conception de jeux vidéo sur l’actualité et le réel »
    Philosophie : « Le monde est un jeu »
  • Site : florentmaurin.com
  • Sur Twitter

Exemples

 

Les deux définitions à connaître avant de lire cet entretien :

« Un jeu est une expérience interactive, régie par des règles, dans laquelle l’utilisateur a un objectif et dont le résultat varie en fonction de ses actions. »

« Le seriousgame consiste à produire des jeux, dont le but premier n’est pas de divertir, comme la plupart des jeux vidéo, mais d’informer, de transmettre une info. »

D’où vient cette passion pour les newsgames qui vous a conduit a créer une agence dédiée ?

Depuis que j’ai 10 ans, je joue et j’ai analysé pourquoi j’arrive à gagner, pourquoi je perds, comment je fais pour apprendre les règles au fur et à mesure. Ce qui est formidable dans les jeux vidéo, c’est que personne ne lit jamais la notice et pourtant tout le monde apprend ! Il y a une transmission d’informations. Et là, en tant que journaliste, je me suis dit qu’il y avait du potentiel en transmettant une info d’une manière originale, autre que celle d’un reportage télé, d’une brève ou d’un article.

thepixelhunt-resume

Tout cela, ça fait 24 ans que j’y réfléchis. Et en 2009, il y a eu un appel à projets de Nathalie Kosciusko-Morizet, alors Secrétaire d’État à l’économie numérique : « Proposez-moi des projets qui mélangent des jeux vidéo et autres choses. J’ai alors proposé, avec lemonde.fr et KTM Advance, de réaliser un seriousgame journalistique. Le projet a été validé et j’ai bossé pendant 19 mois avec l’ESJ Lille pour les tests. On a fini par produire un prototype qui s’appelle Primaires à gauche, dans lequel n’importe quel internaute pouvait incarné un candidat à la primaire socialiste et essayer de comprendre comment mettre en place une belle stratégie pour être élu par son parti.

Consulter Primaires à gauche, soyez candidat!  Et le débriefing ici.

Ce qu’on a essayé de faire, ce n’est pas de raconter une histoire, pas la primaire en elle-même, mais un système, avec des acteurs principaux, des amitiés et des inimitiés,… Et c’est par la manipulation de ce système que la personne comprend l’information.

Puis, il y a eu ce prix de l’innovation Google & Sciences-Po. Mon dossier a été choisi, la bourse m’a mis le pied à l’étrier. C’est toujours bien d’avoir un coup de pouce et une validation de ses idées par des gens qu’on ne connaît pas de près… ou très peu.

Florent Maurin - The Pixel hunt

Pourquoi avoir choisi de travailler sur des contenus journalistiques et non publicitaires ou corporates ?

Je suis journaliste de coeur et de formation. Pendant 10 ans, j’ai travaillé en presse jeunesse (BayaM) et c’est là que je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire avec l’interactivité pour informer les gens. J’aime transmettre l’information la plus objective et la plus compréhensible possible.

Je suis aussi un passionné de pédagogie, qui ne doit pas seulement s’appliquer aux enfants, mais aussi à l’information pour adultes. C’est tout ça qui m’a décidé à faire du newsgame et pas des seriousgames de communication, ou même des advertgames

Comment s’organisent vos activités ?

thepixelhunt-homeThePixelHunt fonctionne depuis le 6 février 2014. Mon activité se décompose en plusieurs secteurs : du consulting pour des projets en tant que game designer (imaginer les règles du jeu,…) mais sans la partie déploiement graphique. Il y a aussi de la production déléguée : on vient me voir en me disant voilà, je veux parler de ça. Je me charge alors du game design, des règles du jeu et je vais chercher un designer, un ou plusieurs développeurs, des gens pour intégrer et finalement livrer à mes clients un contenu clé en main, déjà hébergé ou hébergé sur leur propre site.

C’est donc un spectre assez large qui s’étend des conseils pour ludifier un projet, le rendre plus attrayant et immersif grâce à des mécanismes spécifiques, à la conception-réalisation d’un projet de A à Z pour le compte d’une boîte de production, par exemple.

Quelle est la fourchette de prix ?

Ça va de 5.000 euros pour un newsgame éditorial, un ptit jeu qui va être joué en quelques minutes avec un message fort et pugnace, à plusieurs dizaines ou centaines de milliers d’euros comme Fort Mac Money, qui est à la fois un documentaire et un jeu vidéo qui, je crois, a un budget de 650.000 € consolidés.

Est-ce que les médias ont les moyens et la sensibilité pour ce type de projet ?

Est-ce que les médias ont de l’argent ?! (Sourire) Je pense que c’est accessible si l’on produit des outils qui vont leur permettre de créer plusieurs newsgames et pas un seul. Il s’agit donc de mutualiser les coûts pour obtenir une mécanique qu’on va pouvoir ressortir une fois de temps en temps, selon les sujets.

Ce qui intéressant, c’est de se pencher sur l’actualité et de voir que certaines mécaniques vont pouvoir concerner à la fois la lutte entre les syndicats et le patronat au moment de la fermeture d’une usine, la compétition entre deux candidats à une élection et la course entre plusieurs villes pour décrocher l’organisation de jeux olympiques. A la base, toutes ces mécaniques de jeu sont les mêmes et ce n’est donc pas la peine de les recréer, il faut simplement mettre à jour l’habillage éditorial, la contextualisation, etc. Du coup, en procédant comme ça , on fait beaucoup d’économie.

Pour l’instant, je travaille beaucoup avec des sociétés de production audiovisuelle qui accompagnent des documentaires pour des versions web, avec des budgets aux alentours de 50.000 euros par projet, mais j’aimerais bien aussi qu’il y ait plus de journaux, parce que moi je viens de là, qui se disent « tentons le coup, voyons ce que ça donne ». En tout cas, je suis à leur disposition !

=> Visiter le site The Pixel Hunt

=> Ne partez pas ! La suite de la série est juste là :

Nicolas Becquet

4 commentaires

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *